vendredi 18 août 2017| 23 riverains
 

Le camp de la rue Hermel est levé, mais la question du logement demeure

Les tentes des victimes de l’incendie d’un hôtel rue Hermel, dans le 18e arrondissement de Paris, ont été démontées, mardi 17 novembre 2009, par l’association Droit au logement et les occupant eux-mêmes. Après de longues semaines de négociations, les 25 familles ont reçu des propositions de relogement. Récit.

JPEG - 47.8 ko
Sur le trottoir devant l’hôtel meublé, au 47, rue Hermel.

Il aura fallu attendre deux mois et demi pour que des solutions de relogement soient proposées aux familles victimes, fin août 2009, de l’incendie de leur hôtel meublé, rue Hermel, dans le 18e arrondissement de Paris. Le camp a finalement été levé, mardi 17 novembre 2009, par l’association Droit au logement (DAL). Huit familles sont déjà relogées dans différents arrondissements. Les autres attendent des propositions. Selon le DAL, il s’agit notamment de familles dont les enfants (54 au total) sont scolarisés à proximité. Elles patientent désormais dans le second bâtiment situé au fond de la cour, qui appartient aussi à l’hôtel meublé.

Trois jours après l’incendie, début septembre 2009, les sinistrés avaient été reçus par la municipalité du 18e. La mairie avait proposé des relogements d’urgence, dans des hôtels de l’arrondissement pour les familles dont les enfants étaient scolarisés dans les écoles du quartier. Le DAL, très tôt aux commandes, avait refusé toutes les solutions d’hébergement temporaire. Deux familles, un étudiant et un retraité étaient pour. Négociations bloquées, les premières tentes étaient immédiatement déployées sur le trottoir de l’hôtel. Il pleuvait. Les enfants préparaient la rentrée scolaire qui approchait dans des conditions épouvantables.

Au fil des jours, les discussions entre les différents acteurs allaient pourtant reprendre. Entre le DAL, la mairie, mais aussi la préfecture : en effet, près de 80 % des dossiers relevaient de la loi Dalo (Droit opposable au logement), votée en 2007 par le gouvernement. A toi, à moi, les dossiers passaient de main en main, sans que de véritables décisions soient prises. En parallèle, le DAL veillait aussi à l’organisation du campement, épaulait les sans-logis empêtrés dans un véritable imbroglio administratif, en butte aux errements financiers des patrons de l’hôtel, à l’impuissance des gérants… Finalement, l’association acceptait les propositions de toutes les parties (guère différentes de celles initialement proposées) et décidait de lever le camp, mardi 17 novembre 2009. En musique et devant la caméra d’une équipe de télé japonaise.

JPEG - 36 ko
1500 euros par mois pour une chambre de 12 m2.

Pourquoi un tel gaspillage d’énergie ? Comment des familles entières peuvent-elles vivre si longtemps sur un trottoir de Paris, en 2009 ? La mairie n’a pas voulu céder et a avancé le chiffre de 11000 familles en attente d’un logement social dans le 18e. En précisant qu’être victime d’un incendie n’offrait pas de priorité particulière. Il a aussi fallu attendre que la préfecture entre en jeu. Le DAL, de son côté, ne pouvait lâcher prise d’emblée et a joué le bras de fer : l’association avait aussi besoin d’une visibilité indispensable pour sensibiliser pouvoirs publics et population.

Mais, au centre de l’affaire, il y avait des hommes et des femmes qui se levaient tôt pour aller travailler. Le soir, les familles s’entassaient dans des pièces de 12 mètres carrés, sans sanitaires et dans des conditions de sécurité souvent précaires. Ces hôtels meublés appliquent les tarifs pratiqués dans les établissement miteux. Mais ça reste cher : 1500 euros par mois, largement financés par la ville de Paris via l’Aide sociale à l’enfance. Trois cents familles sont dans ce cas, dans le 18e arrondissement. Les marchands de sommeil voient la vie en rose. Combien d’incendies encore pour mettre un terme à cette situation absurde ? Voilà deux mois, la municipalité parlait d’Etats généraux du logement pour novembre 2009. Que deviennent-ils ?

Lire aussi sur le site : Logement social : politique et objectifs du 18e arrondissement.

Le site Internet du DAL : droitaulogement.org

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes