jeudi 14 décembre 2017| 21 riverains
 

« Le 18e n'est plus un arrondissement populaire »

JPEG - 294 ko
© Pascal Vitte

« Quinze ans après avoir vécu dans l’arrondissement, je reviens y habiter. Aussitôt descendu de l’avion et après un jambon beurre en terrasse, je suis parti à la recherche d’un logement.

Avant, j’étais un collègue de Gérard Klein, instit. Classe moyenne qui pouvait prétendre à un clapier avec cuisine séparée dans le quartier de mon premier ou deuxième choix. Parmi les visiteurs, de moins bien lotis que moi tentaient encore leur chance.

Aujourd’hui, c’est en professeur des écoles – instit en plus long, Gérard n’a pas été promu – que je visite la version compressée de studios « confortables, calmes, clairs et proches tous commerces » dont les adjectifs occupent toute la place habitable.

Dans la file, je suis l’un des derniers spécimens de ma classe sociale. Celle qui me suit de peu a renoncé face à l’hystérie de l’immobilier parisien. Les autres candidats fréquentent l’échelon supérieur de l’échelle. Lorsque enfin, j’ai trouvé logis à mon pied, entre Lamarck Caulaincourt et l’avenue de Saint Ouen, j’ai eu l’impression de me faufiler in extremis dans l’ascenseur au moment de la fermeture des portes.

Zéro pour cent de matière pauvre

Confirmation : la majorité économique de la population française est désormais exclue de sa capitale. Pas de malaise, on s’habitue à tout. Encore deux ou trois augmentations du mètre carré et la configuration sociale du 18e collera à sa topographie : au sommet, l’inaccessible Cinecita de la Butte, plus bas, le long des Maréchaux ou du Périph’, les remparts et la barrière d’octroi. Au-delà, un territoire aux contours flous, salle d’attente ou de débarquement de Paris, qui amortira les soubresauts d’un autre territoire encore plus lointain.

Entre-temps, j’aurai pu acheter un clapier et demi et me sentirai alors en sécurité dans mon patrimoine à plus-value. Mon 18e et moi, nous serons bios, zéro pour cent de matière pauvre et je serai bénévole dans plusieurs associations à but humanitaire et équitable au profit de quelque pays d’Amérique du sud.

Dans quelques années, les premiers bobos, qui vinrent en mission dans les années 90, pourront raconter, qu’à leur époque, on croisait encore des smicards dans les escaliers et des pauvres pas seulement sur le trottoir. On rendra hommage à ces aventuriers dans un film tourné dans un 18e d’époque reconstitué, un succès commercial puis touristique qui allongera le parcours du petit train blanc.

Le tissu associatif étouffe

Délire ? La majorité des mégalopoles évoluent selon une dynamique violente d’exclusion d’une population par une autre vers des banlieues de plus en plus éloignées. Sans que ces sociétés y gagnent en qualité de vie générale. D’un cercle à l’autre, porosité minimum, solidarité réduite aux bonnes œuvres.

Avec l’extinction à venir de la mixité sociale dans l’arrondissement, qu’adviendra-t-il de la solidarité, fondement du pacte républicain ? Le tissu associatif étouffe sous le volume de délégations sauvages dont le charge, sans lui en donner les moyens, les pouvoirs publics. Dans ce contexte, le risque existe du glissement futur d’une citoyenneté d’action solidaire vers une esthétique de la solidarité, posée sur la cheminée éteinte.

Sous la patine de l’histoire, des chansons et des films, le 18e a déjà cessé d’être un arrondissement populaire autrement que par îlots et dans les guides touristiques. Il ne le sait pas, peut-être est-ce pour cela que je l’aime. Il se la joue. Le 18e a changé, il change, il changera… »

Dessin : © Pascal Vitte

Réagissez et postez vos contributions à dixhuitinfo via l’espace "Vos contributions", sur la page d’accueil, dans le menu de droite, ou en cliquant sur le lien ci-dessous :

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:

5 commentaires
  • Hello ,Votre billet m’en a inspiré un en réaction.
    http://intervallelibre.blogspot.com...

    Voir en ligne : Marre du mot bobo

    Répondre

  • « Le 18e n’est plus
    un arrondissement populaire »
    19 mai 2008 18:09, par dixhuitinfo

    Une nouvelle contribution au débat lancé par dixhuitinfo.com sur le blog Feminin Singulier

    Répondre

  • « Le 18e n’est plus
    un arrondissement populaire »
    21 mai 2008 13:38, par Gilles Brunet

    Bonjour. Tout d’abord, merci à dixhuitinfo d’avoir accueilli ma contribution.
    A" Féminin singulier" : je n’écris pas que le tissu associatif est en déliquescence, mais qu’il étouffe.La majorité des initiatives politiques de "lutte contre..." sont rarement suivies des moyens et de relais conséquents, hormis la Haute autorité ou le comité de circonstance. D’où une pression accrue sur l’associatif, souvent le seul interlocuteur de terrain crédible et actif.
    Au-delà de cette précision, l’une des questions est la définition de l’intérêt général. La dynamique économique actuelle- que de gauche à droite on qualifie de folle- a une influence patente sur l’état d’esprit de ceux qui en bénéficient comme sur ceux qui en patissent. Comment concilier capitalisme, individualisme et maintien du pacte social et républicain ?

    Répondre

  • « Le 18e n’est plus
    un arrondissement populaire »
    10 octobre 2009 19:06, par Thierry Besancenot

    J’y habite depuis 20 ans ; j’y ai enseigné pendant 25 ans. Oui, le 18ème change. Mais y a-t-il un 18ème ? Non.
    Il y a celui qui a l’histoire populaire et la mixité constante (lieu de passage, d’installation de toutes les immigrations - Russes, Polonais, Italiens, Espagnols, Expatriés de nos anciennes colonies. Ils ont été amenés en France dans le mépris capitaliste qui y trouvait une main-d’œuvre bon marché.
    Il y a le 18ème bourgeois où on cultive une idolâtrie des artistes maudits. Seulement, aujourd’hui nos bourgeois du 18 n’aime pas rencontrer les gens différents. L’homosexualité d’artistes, le défonce d’autres ne correspond pas au Montmartre d’aujourd’hui.

    Les BOBOS investissent le quartier Marx Dormoy ; ils ont déjà conquis une partie de la Goutte d’Or.

    Peuple de Paris, peuple en voie de disparition.

    Répondre


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes