dimanche 22 octobre 2017| 18 riverains
 

La ZSP Château Rouge à l'heure des premiers comptes

Bilan opérationnel des huit premiers mois d’action et présentation des résultats d’un sondage effectué auprès des habitants : le premier bilan public de la Zone de Sécurité Prioritaire (ZSP) Château-Rouge, Goutte d’Or, Barbès s’est tenu mardi 2 juillet 2013, à la mairie du 18e arrondissement de Paris. Tous attendent encore le vrai changement.

Les casquettes bleu marine ont été soigneusement déposées à l’entrée de la grande salle des fêtes de la mairie du 18e arrondissement de Paris. Elles appartiennent à l’équipe du nouveau commissaire de police Nelson Bouard, présent à la tribune pour ce premier bilan présenté aux habitants. À ses côtés se tiennent le maire du 18e, Daniel Vaillant, son adjointe à la sécurité Myriam El Khomri, le Préfet de police de Paris, Bernard Boucault et François Molins, Procureur de la République.

Ils sont venus faire la démonstration qu’après huit mois de fonctionnement, la mobilisation pour la réussite de la Zone de Sécurité Prioritaire, lancée en septembre 2012, est intacte et que les premiers résultats sont « encourageants ». Ce sont les mots du Préfet de police qui dresse le tableau général : « La ZSP doit s’inscrire dans la durée. C’est une nouvelle méthode de travail. Elle obtient de bons résultats. Nous sentons que le quartier commence à changer. Mais il reste évidemment beaucoup à faire. »

Incivilités verbales

C’est aussi l’avis des riverains et des militants associatifs. La vente à la sauvette cristallise le ras-le-bol. « C’est ce qui est visible de tous. Et c’est un peu le baromètre de la réussite ou de l’échec de la ZSP. Pour l’instant, les résultats sont insuffisants », résume un habitant. Les marchés de la misère sont abordés ainsi que les incivilités verbales envers la gent féminine au métro Barbès. Le kiosquier de la station témoigne d’une amélioration du climat aux abords de sa boutique, « mais j’attendais beaucoup plus de la ZSP », ajoute-t-il.

Une habitante de la rue de la Goutte d’Or s’émeut quant à elle de la présence « des vendeurs de drogue dans [sa] cour d’immeuble qui ont 15 ou 16 ans et font ce qu’ils veulent ! » Les commerçants des numéros 14 et 25 de cette voie témoignent des matelas (et de leurs occupants) entassés sous les arcades jours et nuits devant leurs boutiques. « On est à deux doigts de partir », soufflent-ils.

Vendeurs à la sauvette

Une jeune résidente du boulevard Barbès souligne la saleté du quartier : « C’est super crade ! Les pieds des arbres sont de véritables dépotoirs ! » Un couple de bobos - ce sont eux qui le disent – expriment « honte » et « peur » d’habiter un quartier qu’ils avaient pourtant choisi. L’homme, veste et cravate bleue, décrit ses trajets quotidiens pour rejoindre la station de métro Château-Rouge : « Je traverse tous les soirs une grande décharge, c’est ubuesque. La situation me semble encore plus dramatique qu’avant la ZSP. »

JPEG - 67.4 ko
Une centaine d’habitants, d’associatifs et de commercants sont venus débattre de l’impact de la ZSP dans leur vie quotidienne.

Pourtant, les policiers ne sont pas venus les mains vides. Depuis le début de la ZSP, les recels d’objets volés révélés par les forces de l’ordre ont augmenté de 44 % et les procédures engagées contre les vendeurs à la sauvette de 22 %. « Plusieurs tonnes de marchandises sont saisies chaque semaine », insiste le commissaire Nelson Bouard, qui confirme l’ampleur de la tâche : « Nous constatons la présence simultanée de plusieurs centaines de vendeurs sur moins de 500 mètres dans le triangle rue DejeanMyrhaPoulet. L’œuvre à accomplir est immense. » Ses équipes travaillent également contre le trafic de cigarettes de contrebande. « 350 paquets ont été saisis chez un individu rue des Islettes », cite en exemple le commissaire.

Volet social et éducatif

Autre salve de chiffres, cette fois sur le front de la drogue. En huit mois, plus d’un millier d’individus ont été placés en garde à vue pour usage ou trafic de stupéfiants. La lutte contre la prostitution est elle aussi détaillée : cinq fois plus de prostituées interpellées pour racolage, soit environ 200, et des réseaux de proxénétisme nigérians démantelés. Enfin, 55 commerces ont été fermés (magasins d’alimentation, débits de boissons...) pour manquements à la sécurité alimentaire, tapages nocturnes et trafics divers... Un record dans l’arrondissement de mémoire de Préfet de police.

Face aux statistiques, certains réclament un bilan du volet « social et éducatif » de la ZSP. Il aura lieu assure le maire Daniel Vaillant qui rappelle le caractère global de l’action menée par les pouvoirs publics dans le secteur : « La ZSP, ce n’est pas qu’une réponse policière et judiciaire. C’est une action sur l’emploi. C’est aussi la rénovation de la station Château-Rouge, l’instauration de la zone 30 à la Goutte d’Or, l’arrivée prochaine de la Brasserie Barbès. La ZSP est tout sauf une zone bouclée. »

Démonstrations musclées

Ce qui n’empêchera pas les policiers de reconduire des démonstrations musclées, comme à Barbès le 6 juin 2013, où durant dix minutes, toutes les personnes présentes dans la rue ont été contrôlées.« Il faut hausser le ton, montrer notre force. Ces opérations ont un effet dissuasif », affirme le Préfet de police. « C’est un rapport de force qu’il faut gagner sur la sécurité, la propreté, le commerce, conclut Daniel Vaillant. Il faut faire vaincre le droit, tout en conservant l’aspect bigarré du quartier. »

1200 habitants sondés sur les effets de la ZSP
Le questionnaire a été envoyé à 1200 habitants et professionnels du quartier, entre le 18 février et le 22 mars 2013, à l’initiative de la mairie, de la Préfecture de police et du Procureur de la République. Le taux de réponse de 15% est présenté comme « assez faible ».
Cadre de vie et perception de l’insécurité
62% des sondés sont satisfaits ou relativement satisfaits de vivre dans ce quartier. En revanche, ils sont 70% à éprouver parfois un sentiment d’insécurité, principalement en soirée et dans certains secteurs : rue Myrha, rue des Poissonniers, rue Léon, boulevard Barbès à proximité du métro et square Léon.
Efficacité de la ZSP
53% des personnes interrogées estiment que la ZSP a eu un effet globalement positif. Dans une même proportion, elles se disent satisfaites de la présence policière dans le quartier. En revanche, elles soulignent que les objectifs affichés sont loin d’être atteints. En effet, 70% d’entre elles jugent que les actions mises en place sont peu ou pas efficaces en matière de vente à la sauvette ; 61% qu’elles ne sont pas efficaces en matière de lutte contre la prostitution ; 53% que c’est la lutte contre le trafic de stupéfiants qui ne porte pas ses fruits. Elles sont également 74% à pointer l’inefficacité des mesures en matière de propreté.
Les cinq priorités
Les personnes sondées ont identifié, par ordre d’importance, les actions prioritaires à mener dans la ZSP : la lutte contre la vente à la sauvette et la vente de cigarettes ; l’entretien de la voirie et l’amélioration de la propreté ; la lutte contre la prostitution et le proxénétisme ; la lutte contre la vente et la consommation de drogue et enfin la reconquête de l’espace public face aux occupations illicites et aux rassemblements.

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:

4 commentaires
  • La ZSP Château Rouge à l’heure des premiers comptes 4 juillet 2013 22:35, par carteron

    Vous écrivez : "les incivilités verbales envers la gente féminine au métro Barbès"
    A ce sujet, puisque c’est moi même qui suis intervenue, je rappelle qu’il ne s’agit plus d’incivilités mais bien d’agressions verbales à caractère sexuel, ce qui est réprimé par la loi. article R624-2 du Code Pénal.
    (’attitudes et des gestes impudiques et obscènes). On pourrait également y ajouter le harcèlement à caractère sexuel. Utiliser le terme d’incivilité revient à minimiser ces attitudes inacceptables.
    Elisabeth Carteron
    Présidente d’Action Barbès

    Répondre

  • La ZSP Château Rouge à l’heure des premiers comptes 11 juillet 2013 16:52, par ehdido

    et Marcadet-poissonniers devenu un haut lieu de consommation de crack en quelques semaines sous les yeux des flics et des cameras de la Ratp c’est prévus ca par notre énervé de l’intérieur ? C’est incroyable le fosse entre la politique et la réalité, on s’en fout des vendeurs de babioles franchement...

    Répondre

  • La ZSP Château Rouge à l’heure des premiers comptes 20 juillet 2013 21:27, par andrépoisse

    c’est vrai que la situation est devenue invivable à marcadet poissonnier. Sur le quai de la 12 et en surface, à l’angle Poissonnier Ordener, plus un jour sans problème.
    Si c’est juste pour déplacer les nuisances, je vois pas bien l’intérêt...

    Répondre

  • La ZSP Château Rouge à l’heure des premiers comptes 5 décembre 2013 14:42, par Sabrina

    J’envisageais d’emménager dans ce quartier ... Mais les prostituées et les consommateurs de drogues m’en ont bien dissuadé !!
    C’est dommage, les appartements sont beaux, de belles architectures, des commerces ...

    Répondre


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes