mercredi 20 août 2014| 59 riverains
 

Téléphonie mobile, la nocivité des antennes en question

Free, 4e opérateur de téléphonie mobile en 2012, pourra installer ses propres antennes relais dans la capitale. Le conseil de Paris a donné son accord mardi 28 septembre 2010, ce qui ne satisfait pas tout le monde. Entretien avec Pascal Julien, élu Vert du 18 arrondissement de Paris et farouche opposant.

« Je ne suis pas opposé à l’installation des antennes-relais et à la téléphonie mobile. Mais il existe des solutions alternatives aux grandes antennes des opérateurs pour limiter puissance, et nocivité, des ondes électromagnétiques émises. » Le moins que l’on puisse dire, c’est que l’aval donné par le conseil de Paris, mardi 28 septembre, concernant l’installation de 300 antennes-relais de Free ne réjouit pas Pascal Julien, élu Vert du 18e arrondissement de Paris. Lui qui, à tous les conseils d’arrondissement, ou presque, présente un vœu sur le sujet, « mais uniquement quand le besoin se fait sentir. »

Des vœux qui sonnent comme des sonnettes d’alarme, au nom du principe de précaution. « Il y a suffisamment d’éléments probants pour appliquer ce principe », insiste-t-il. Au dernier conseil, le 20 septembre 2010, l’élu Vert avait adressé un vœu au conseil de Paris dans lequel il réclamait d’une part que les opérateurs utilisent ces mini-antennes et, d’autre part, que la Ville de Paris demande publiquement à Free de limiter l’intensité du champ électrique à 0,6 V/M (volt par mètre). Un vœu qui a été adopté à l’unanimité par le conseil d’arrondissement, toutes tendances politiques confondues. Mais qui n’aura pas fait long feu en conseil de Paris... Cependant, le 14e le 15e expérimenteraient des antennes au seuil d’émission abaissé à 0,6 volt/mètre.

Le conseil de Paris a donc autorisé l’opérateur Free à installer 300 antennes sur les toits de la capitale, dont 50 sur des sites municipaux. Là où l’UMP s’est abstenu, les Verts s’y sont opposés.

« À Paris, nous avons un maire socialiste qui s’est contenté de satisfaire la demande de l’Etat », rouspète-t-il. La marge de manœuvre de la ville était mince, puisqu’il s’agit là d’un choix de l’État, « certes, renchérit Pascal Julien, mais ils auraient pu s’en servir. » À la question "Comment" ?", Pascal Julien a déjà sa réponse : « En validant le vœu adopté, à l’unanimité, par le conseil du 18e ! »

Contacté, Free a déclaré laconiquement ne pas communiquer sur le sujet. Aucun calendrier et aucun plan de répartition des antennes-relais dans l’arrondissement n’est donc disponible. Pour le moment.

Photo ©vivejm via flickr

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:

1 commentaire

Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com