lundi 21 août 2017| 173 riverains
 

L'implantation d'une grande surface bd Ornano fait débat

Le supermarché sera situé derrière cette façade, celle des anciens locaux de la Caisse primaire d’assurance maladie, au 17, boulevard Ornano, laquelle sera préservée.

Regroupés dans le collectif Stop Carrefour, des habitants du 18e arrondissement de Paris luttent depuis début octobre 2014, au nom de la diversité commerciale, contre l’implantation d’une grande surface sur les 18 000 mètres carrés naguère occupés par la CPAM boulevard Ornano. Reportage.

Trop c’est trop. Des supermarchés dans le 18e arrondissement de Paris, les membres du collectif Stop Carrefour n’en veulent plus. Et pour le faire savoir, ils s’organisent. Une douzaine d’entre eux sont réunis, début novembre 2014, dans le petit local de l’association Agir pour l’environnement, au cœur de quartier Amiraux Simplon. L’objet de la mobilisation ? L’ouverture prévue en 2016 d’un supermarché Carrefour, boulevard Ornano, dans les anciens locaux de la Caisse primaire d’assurance maladie (CPAM), dont la destruction est pratiquement achevée.

Dans deux ans, les 18 000 mètres carrés ainsi libérés seront occupés par des logements (85 locatifs sociaux et 62 locatifs privés), une maison de retraite (130 lits), une crèche de 44 berceaux, des parkings et le fameux supermarché : 1 700 m2 environ, sur deux niveaux. Au rez-de-chaussée, la surface commerciale proprement dite - 999 m2 exactement, d’après le permis de construire – au sous sol, les entrepôts. « Ils ne manquent pas de culot, grince Evelyne Kerfan, co-fondatrice de la coopérative alimentaire l’Indépendante. Au-delà de 1000 m2, les supermarchés sont soumis à autorisation municipale. »

JPEG - 49.8 ko
La première pierre du futur complexe commercial-logement-crèche-maison de retraite, a été posé en septembre 2014. Livraison mi 2016.

Constitué de riverains, de militants associatifs et politiques (Europe Ecologie les Verts), le collectif s’insurge : « Cette opération immobilière a été réalisée sans consultation ni information préalable des habitants, contrairement aux promesses de campagne électorale de la maire de Paris. » Le groupe dénonce « la multiplication de ces grandes surfaces transformant les rues du 18e arrondissement en un gigantesque hypermarché à ciel ouvert ». En face, de l’autre côté du boulevard Ornano, un Intermarché de grande taille est ouvert depuis plusieurs années. Pas très loin, boulevard Barbès, un Carrefour market accueille ses clients tard le soir depuis peu. « C’est sans compter le grand nombre de superettes qui pullulent dans le coin », soulignent Irène et Martine, deux habitantes.

La mobilisation contre le projet a d’abord été politique. Deux vœux ont été déposés en octobre, au conseil d’arrondissement du 18e et au conseil de Paris, pas les élus EELV. Le texte demandait, en particulier, « que la destination commerciale de cette superficie privilégie l’implantation de commerces de proximité qui participeraient ainsi à la diversité et à l’amélioration de la qualité commerciale du quartier ». Les deux instances ont repoussés ces vœux. (Lire le texte complet du vœu en suivant ce lien).

JPEG - 68 ko
S’il est bâti, le supermarché Carrefour occupera une surface de 1700 m2, dont 999 m2 consacrés à la vente.

Si la maire du 18e affirme que les jeux sont faits (lire encadré), le collectif y croit encore. Ses membres cherchent les failles dans le dossier, consultent les permis de construire. « Pourquoi un bien public – les locaux de la CPAM – est-il vendu à une entreprise privée sans consultation des habitants ? » demandent-ils dans le tract distribué dans le quartier. Ils dénoncent un projet, « résultat d’un savant mécano juridico-financier entre l’Etat, la Ville de Paris, des opérateurs privés, des sociétés d’investissement et des géants de la distribution ».

Pour remporter ce combat, énième chapitre de la lutte du pot de terre contre le pot de fer, Stop Carrefour s’appuie aussi sur l’exemple de Stopmonop, dans le 10e arrondissement de Paris : pas loin de la place de la République, des habitants luttent depuis 2011contre l’implantation d’un DailyMonop’ dont ils ont bloqué la construction. Du côté d’Amiraux Simplon, le collectif estime aussi que ce « Grand projet inutile » interroge la population sur la manière de se nourrir : « L’industrie agroalimentaire approvisionne ces grandes surfaces. Elle n’a que faire du contenu de nos assiettes. Par ailleurs, ne vaut-il pas mieux privilégier les circuits de distributions courts en matière d’approvisionnements alimentaires ? »

JPEG - 77.7 ko
En 2009, ces locaux ont été occupés par le ministère de la Régularisation des sans-papiers.

En face du chantier, sur le trottoir de l’Intermarché, les préoccupations sont ailleurs. « J’espère que la concurrence entre les deux enseignes sera utile aux consommateurs et que les prix vont ainsi baisser », explique Chantal. Stéphanie, de son côté, souligne « l’alternative » que représentera l’ouverture de cette nouvelle grande surface : « Dans le coin, nous avons le choix entre les magasins chers de la rue du Poteau et du quartier de la mairie et les boucheries halal, toutes semblables, du boulevard Ornano. »

De réunions en opérations de tractage, le collectif Stop Carrefour s’organise. Une pétition en ligne a été lancée. Elle demande le retrait du projet Carrefour, le lancement d’une réflexion avec les habitants pour imaginer un projet alternatif et vise 500 signataires afin de pouvoir interpeller la mairie d’arrondissement. À l’heure actuelle, 326 signatures ont été recueillies. Irène, 62 ans, vit dans le quartier « depuis des années ». « Trop de grande surfaces dans le coin, dit-elle. L’offre ne sera pas meilleure. À la place, j’aurai aimé une ludothèque, un espace vert. On manque de verdure dans le 18e arrondissement. »

JPEG - 73.3 ko
La surface laissée vacante par la Caisse d’assurance maladie représente 18 000 m2 au total.

Voir aussi :
- Diaporama, au cœur des locaux vides de la CPAM dans le 18e.
- Un ministère de la Régularisation des sans-papiers dans le 18e

« Une opération emblématique » pour la mairie
« En août 2010, l’Etablissement foncier d’Ile-de-France a acheté le foncier, et donc l’intégralité de l’ancien bâtiment de la CPAM, et en même temps a conclu une promesse de vente avec la Sodéarif une filiale du groupe Bouygues », explique la mairie du 18e arrondissement. Montant de la transaction : 33 millions d’euros. « C’est un projet privé, donc les marges de manœuvre quant à l’attribution du commerce étaient nulles », précise la mairie.

Selon la municipalité, c’est une opération emblématique : « Elle poursuit la métamorphose urbaine du 18e et c’est l’exemple d’un urbanisme durable, capable de faire évoluer les fonctions dans un même bâtiment tout en conservant les facades (passage d’une ancienne laiterie à des bureaux de la CPAM, puis à un programme mixte santé-commerce-logement-petite enfance. Elle est aussi emblématique car elle est mixte : mixité fonctionnelle, mixité sociale et mixité générationnelle, tout en respectant l’identité du quartier. »

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:

5 commentaires
  • L’implantation d’une grande surface bd Ornano fait débat 20 novembre 2014 17:02, par Guillaume ZEGANADIN

    Ce projet pourrait être un atout fort pour le quartier. Au lieu de cela, une énième enseigne de la grande distribution occupera notre quartier, en plus de Carrefour Barbés, Dia Barbés, Franprix Ordener et Intermarché Ornano. Il est étonnant que la mairie renonce à s’opposer à l’implantation de ce "super macro hypermarché" qui va encore davantage détruire le petit commerce de proximité dans le quartier qui en est pourtant déjà très dépourvu.

    Cela va également à l’encontre de l’engagement de la municipalité de mettre en place un plan Vital Quartier au sein des quartiers Simplon et Goutte d’Or.

    Comment peut-on promettre de favoriser le commerce de proximité et de qualité si les efforts sont réduits à néant par l’implantation d’une grande surface ? Encore une fois, la mairie du 18ème déçoit dans ses actes et ne répond pas à ses promesses de campagne. C’est fort dommage, car elles étaient porteuses de beaux et ambitieux projets pour nos quartiers.

    Répondre

  • Pour les mécontents, devenez sociétaire à la Louve, un supermarché coopératif qui devrait ouvrir fin 2015 dans le quartier. Plus d’infos ici : http://www.cooplalouve.fr/

    Répondre

  • Enfin une grande surface dans le nord parisien !

    Faire autant de boutiques "de proximité" qu’on a d’articles à acheter ? non merci.
    Vive le supermarché : un panier à remplir une fois, un passage en caisse et basta.
    Fini la galère. Et côté prix, le porte-monnaie aussi aime les grandes surfaces.

    Vite qu’il ouvre le Carrefour !

    Répondre

  • trop c est trop ! il n y a pas que la bouffe dans la vie, : il faut un peu plus d activitées ludiques , de la vrai verdure ,cinema etc mais surtout pas de grandes surfaces ça n’a aucun intêret
    (un carrefour := un quar d’heure à pied > guy moquet)

    Répondre

  • L’implantation d’une grande surface bd Ornano fait débat 29 septembre 2015 05:54, par L’Arcandière

    Tant qu’à ouvrir de l’espace pour permettre aux habitants du quartier de s’approvisionner avec plaisir, autant imaginer un marché "comme vert" avec la venue d’artisans, de bouches ou pas,... une grande halle avec de beaux étals et d’ateliers de maraîchers ou fleuristes "balconniers haussmaniens", d’apprentis charcutiers pour préparer le prochain casse-croûtes de dimanche entre potes, de poissonniers pour expliquer aux badauds d’où et comment sont venus les poissons et crustacés jusqu’au Bld Ornano (par la rue des poissonniers ?!?),... de tapissiers pour apprendre à restaurer le pouf de la grand mère, ......de maquillage ou de couture.... de réparation de réveil ou de vélo.....bref d’arcandiers en tout genre,... l’espace devrait pouvoir être occupé de manière alternative par autant d’associations que de créateurs vivants dans le quartier ou pas ... devenir un lieu de vie quoi ! Et puis, pas toujours les mêmes "commerçants" tout les mois... mais au contraire portes ouvertes aux découvertes,... que cet espace devienne un lieu d’échanges et de rencontres plutôt qu’un hall de stockage de rayons de marchandises superfétatoires...il y a déjà tous les magasins qu’il faut pour cela.....par contre, les zabitants, nous manquons grandement d’espace de rencontre sur cette longue portion du boulevard,peu entretenue, les trottoirs sont moches comme des poux ! pleins de nids de poules et autres canettes en tout genre...
    Le marché ( 3 fois pas semaine quand même !) manque d’espace d’étal digne de ce nom ! Les
    "1 700 m2 environ, sur deux niveaux. Au rez-de-chaussée, la surface commerciale proprement dite - 999 m2 "
    Monsieur le maire, si ce lieu pouvait devenir autre chose qu’un énième marché à la c.. , les charmants touristes qui arpentent le boulevard ne viendraient plus seulement pour aller aux flea market de St Ouen ! mais aussi rencontrer tout autant ceux qui ont des choses à dire, à montrer, à vivre et à partager !
    XVIIIèmement votre

    Répondre


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes