dimanche 24 septembre 2017| 15 riverains
 

Les enchères pour tous de Drouot-Montmartre

Marteau levé, Maître Deburaux, à gauche, conduit les enchères de Drouot-Montmartre d’une main ferme.

Le célèbre groupe Drouot délocalise certaines ventes aux enchères rue Doudeauville, dans le 18e arrondissement de Paris. Petit mobilier, bibelots, objets d’usage courant issus de fonds de succession, sont vendus à des prix défiants parfois toute concurrence.

Agglutinés face à la tribune, les yeux rivés sur les objets en transaction, concentrés sur les ventes, les acheteurs sont nombreux, salle B du bâtiment Drouot-Montmartre, dans le 18e arrondissement de Paris. Ce mercredi 29 avril 2015, une vente aux enchères de céramique, verreries, livres anciens et modernes, sculptures, tableaux, mobilier et objet d’art, tapis, bat son plein. Ces objets sont « de faible valeur et proviennent généralement de fonds de succession », indique Drouot. Ici, c’est le « super bon plan, les acheteurs peuvent s’offrir des objets pour pas grand-chose. Par exemple ce fauteuil bleu très confortable, semble-t-il, et encore en bon état va partir pour 40 € maximum », prédit-elle en désignant l’objet.

À Drouot-Montmartre, au 64 rue Doudeauville, deux salles sont mises à disposition pour des ventes aux enchères ouvertes à tous. À raison d’une à deux ventes par semaine, le groupe Drouot a choisi la rue Doudeauville, dans la Goutte d’Or, pour « des ventes plus informelles ». « Elles n’ont rien à voir avec les ventes de l’Hôtel Drouot, dans le 9e arrondissement. » L’Hôtel Drouot se consacre aux ventes de prestige, « avec une organisation plus traditionnelle ». Selon le groupe, « il y a une sorte de mission de service public ». Maître Deburaux, le commissaire-priseur de la vente, confirme : « Il m’arrive d’organiser des ventes à Drouot-Montmartre pour rendre service aux vendeurs dans le cadre de successions. L’acheteur peut trouver de beaux objets dépourvus de valeur marchande. »

JPEG - 68.3 ko
Le mobilier est exposé à la vue de tous pendant les enchères.

Armoires, canapés, tables, consoles, chaises, tapis, côtoient bibelots, miroirs, lampadaires, tableaux, vaisselles... « C’est parfait pour les jeunes qui veulent meubler un appartement », souligne-t-on chez Drouot. Martial, 28 ans, habite le 18e et fréquente Drouot-Montmartre depuis cinq ans. Aujourd’hui, il a déniché un vase et une sculpture africaine pour décorer son intérieur. Dans l’appartement de Régine Dairou, 77 ans, « tout vient de chez Drouot, les meubles comme la décoration ». Elle est adepte des ventes aux enchères de l’entreprise, depuis 1989, à titre particulier. Régine vit dans le 5e arrondissement et rentre chez elle en métro, chargée des achats du jour : des pots en grès et des coupelles « à fond noir ».

Le catalogue en ligne disponible avant les ventes permet à la grande majorité des acheteurs de connaître les objets mis aux enchères. « Je regarde sur Internet et s’il y a des choses qui m’intéressent, je me déplace », explique Martial. Idem pour Régine, un brin déçue. « J’avais vu qu’un livre de gravure sur Dürer allait être vendu, mais finalement je ne l’ai pas vu passer », se désole la retraité. Comme elle le rappelle si bien, malgré le catalogue sur le site Internet, « la vente aux enchères, c’est de la pêche à la ligne : on n’est jamais sûr de ce qu’on va trouver ».

JPEG - 65.1 ko
Les acheteurs récupèrent leur marchandise auprès des magasiniers.

Drouot-Montmartre n’attire pas que les particuliers. Vendeurs aux puces de Saint Ouen ou de Vanves, brocanteurs, intermédiaires, experts, les professionnels viennent en masse dénicher les bonnes affaires. Chacun y trouve son compte. Pour Monsieur Baba, grand habitué des ventes dont la réputation n’est plus à faire, « l’avantage avec Drouot Montmartre, c’est que ça va très vite, il n’y a pas de perte de temps ». Ben, 30 ans, spécialisé dans les bijoux anciens, aime l’ambiance et « le stress qui monte quand l’objet repéré devient le centre de l’attention de toute la salle ».

Chaque vente à Drouot-Montmartre rassemble une centaine de personnes. Une sorte de rituel s’est installé. « Je me lève à 6h du matin, explique Ben, en détaillant une journée type. Je suis sur place vers 8h15. On boit un café entre professionnels, et, à 8H30, l’exposition publique ouvre pour qu’on puisse voir l’état des objets proposés à la vente. » La vente commence à 9h. La foule se range alors derrière les vitrines de bibelots séparant la tribune du reste de la salle. Devant elle, le crieur, infatigable, prend les enchères et les transmet au commissaire-priseur. Pas de répit jusqu’à 13h, heure à laquelle les tapis ferment les enchères.

JPEG - 77.9 ko
Adjugé vendu ! Les acheteurs sont attentifs à la moindre transaction.

L’ambiance est atypique et le public diversifié. « Il y a des bourgeois qui recherchent des objets design, des bobos du 9e, des représentants de diverses communautés, des professionnels, des particuliers », énumère Maître Deburaux. L’atmosphère est loin d’être feutrée, calme et distinguée : des acheteurs s’assoient dans les fauteuils mis en vente et les enchères se tiennent dans un drôle de charivari. « À l’origine, les ventes se déroulaient ainsi, poursuit le commissaire-priseur. C’est intéressant. » Aujourd’hui, les enchères ont rapporté 27 000 euros. Près de 400 objets ont été vendus. « Une petite vente, souligne Maître Deburaux. Mais un objet a toujours de la valeur même s’il représente un faible investissement économique. Bien restaurée, une table en mauvais état peut retrouver du charme et devenir, avec peu de moyen, un bel objet. »

Drouot Mode d’emploi
Habitants du 18e ou des environ, chineurs, bricoleurs ou simplement curieux, avant de faire un tour à Drouot-Montmartre, lisez les conseils de Maitre Deburaux, commissaire-priseur.

1) Consulter les catalogues en ligne sur le site Drouot.fr avant la vente et noter ce qui intéresse ;

2) Venir le Jour-J, à 8h30, pour avoir le temps de participer à l’exposition publique ;

3) Prévoir un budget et s’y tenir, sans oublier les 26% de TVA et de commission à ajouter au prix annoncé lors de la vente au moment du paiement et

4) Ne pas avoir peur de la bousculade !

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes