samedi 24 juin 2017| 18 riverains
 

Léa Chanceaulme, du théâtre made in 18e

Léa Chanceaulme joue aussi dans Casimir et Caroline, la pièce de Ödön vön Horvath qu’elle met aussi en scène.

Jeune metteur en scène, Léa Chanceaulme vit dans le 18e arrondissement de Paris depuis cinq ans. Elle vient de mettre en scène Casimir et Caroline, une pièce de Ödön vön Horvath, qui sera jouée mardi 26 mars et mercredi 27 mars 2013, dans un garage désaffecté du boulevard Ornano.

Depuis cinq ans à Paris, depuis cinq ans dans le 18e. Léa Chanceaulme, c’est presque une vraie de vraie du 18e arrondissement. Montée dans la capitale en 2008 pour prendre des cours de théâtre, la jeune bordelaise de 24 ans s’inscrit tout d’abord à l’École Perimony, située dans le 9e arrondissement. Elle choisit ensuite l’École Auvray-Noroy, dont certains cours sont dispensés à l’Étoile du Nord, un théâtre situé rue Agutte, à l’extrémité nord du 18e.

C’est au cours de sa formation théâtrale que Léa Chanceaulme rencontre la plus grosse partie de la troupe formée aujourd’hui de onze acteurs. Son quartier c’est Jules Joffrin, où elle connaît la plupart des riverains. Elle aime l’atmosphère, l’ouverture de l’endroit. « Je dis peut-être cela parce que c’est mon quartier, mais je trouve qu’il y a une sorte de spontanéité, de curiosité propre au 18e », explique Léa Chanceaulme.

JPEG - 34.5 ko
Léa Chanceaulme s’est installée voilà cinq ans dans le 18e arrondissement, afin de suivre sa formation théâtrale.

C’est aussi là où on lui laisse tenter sa chance. La jeune femme et sa troupe de théâtre ont eu droit à deux mois de résidence pour répéter leur pièce dans un lieu bien particulier : l’ancien garage Ford du 35 boulevard Ornano, aujourd’hui devenu un squat, ouvre ses portes aux musiciens, acteurs, et même aux brocantes le temps d’événements éphémères.

Léa Chanceaulme s’accommode très bien du Garage, comme le lieu a été naturellement baptisé, particulièrement dans une ville comme Paris, où il est difficile de trouver un endroit de représentation quand on débute. Atypique, Le Garage, a tout de suite séduit la metteur en scène. « On peut se servir des pneus et jantes qui ont été laissés dans le garage, et rajouter nos propres éléments de décor. »

JPEG - 35.5 ko
L’intérieur du Garage, un squat artistique du boulevard Ornano.

L’espace est vaste. Une notion qui, pour la metteur en scène, a joué dans le choix de la pièce de théâtre : « Le Garage m’a évoqué la pièce Casimir et Caroline », souligne Léa. L’auteur, Ödön vön Horvath, un dramaturge allemand du XXe siècle, dépeint une fête de la bière dans les années 30. La désillusion, l’amour, le chômage et la crise sont tant de thèmes abordés dans la pièce et qui font écho à notre époque.

Angoissante, la montée du nazisme figure en toile de fond de Casimir et Caroline. Selon Léa Chanceaulme, « c’est un peu comme aujourd’hui avec la montée du populisme et de l’extrême-droite ». Pourtant, elle qui joue Caroline, le rôle principal féminin, l’assure, cette tragédie n’est est pas vraiment une : « C’est une pièce vivante et qui fait réfléchir. » En attendant, la jeune metteur en scène continue de parcourir le 18e, entre son appartement, le café où elle travaille en tant que serveuse et son lieu de répétition, Le Garage.

Casimir et Caroline de Ödön vön Horvath
Trois dates sont d’ores et déjà complète le 26 et 27 mars, ainsi que le 6 avril
Reste le 5 avril à 21h, au Garage, 35 boulevard Ornano
Réservation : 06.64.14.91.95
Tarif unique : 10 euros
Page facebook

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes