lundi 22 mai 2017| 29 riverains
 

Le 18e de Véronique Ovaldé, la petite marchande de contes

La romancière Véronique Ovaldé, auteure de Ce que je sais de Vera Candida, un livre récompensé par deux prix littéraires, vit dans le 18e arrondissement de Paris. Née de l’autre côté du périphérique, dans une famille modeste, la jeune femme écrit depuis toujours. Portrait.

Ce que je sais de Vera Candida a tout d’un conte moderne. Avec son joli minois et ses lèvres carmins, Véronique Ovaldé semble tout droit sortie d’une telle histoire. Il était une fois une petite fille, née en banlieue parisienne dans un milieu modeste, qui rêvait d’écrire des livres. À 6 ans, la petite Véronique a déjà fait la liste des romans qu’elle écrirait plus tard. « J’étais comme ces enfants habités par un imaginaire un peu encombrant. Écrire et dessiner, çà a été immédiat. » Adolescente, Véronique Ovaldé écrit des « textes » de 200 pages, qu’elle fait lire à ses professeurs. « C’était un apprentissage, car je viens d’un milieu où l’on n’écrit pas et où l’on ne lit pas. J’ai vraiment bénéficié des municipalités du 93 qui avaient de vraies politiques culturelles. » La jeune fille passe sa vie dans les bibliothèques, car des livres, à la maison, il n’y en a pas.

JPEG - 35.3 ko
Dans un pays imaginaire d’Amérique Latine, trois générations de femmes luttent contre la domination des hommes et élèvent seules leurs filles…

« Je n’avais personne pour me dire ce qu’il fallait lire. Alors je lisais tout. De façon boulimique. » Tout y passe, de Stephen King, à Gabriel Garcia Marquez, jusqu’à Norman Mailer, Hemingway… Et puis la poésie, Baudelaire. « J’ai eu une espèce de choc. Je me suis dit, c’est pour moi, c’est à moi que cela s’adresse. » Même expérience transcendantale à la lecture du Bruit et de la Fureur, de William Faulkner. « Je ne comprenais pas, mais c’était du même ordre que la poésie. J’avais l’impression que c’était quelque chose qui me dépassait, de l’ordre de l’éblouissement et qu’il y avait une possibilité supplémentaire à mon imaginaire et au monde, à côté de moi, accessible. »

Le bac en poche, cette bonne élève semble toute destinée à suivre de hautes études littéraires. Ses professeurs remplissent les dossiers pour son inscription en classe préparatoire littéraire hypokhâgne. Mais la jeune Ovaldé n’a qu’une idée en tête : « Entrer dans le château fort de l’édition ». « Je me disais : je me ferai publier un jour. Mais je pensais que c’était compliqué, compte tenu du milieu d’où je venais. Je ne croyais pas du tout au fait d’envoyer ses textes par la Poste. Donc j’ai pensé : il faut que je travaille dans l’édition. » Son père lui accorde deux ans d’études, pas plus. Elle s’inscrit alors en BTS édition. Tant pis pour l’hypokhâgne et le prestige de l’École Normale Supérieure.

JPEG - 36.6 ko
« Ce que j’aime aussi dans le 18e, c’est son côté auberge espagnole. »

Son BTS en poche, Véronique Ovaldé entre au Seuil, où elle restera douze ans, sans jamais cesser d’écrire dans ses petits cahiers. Son premier éditeur vit rue Versigny. dans le 18e arrondissement. Il publie un conte illustré, Khambé. Mais c’est chez son propre employeur, le Seuil, que paraît son premier roman, Le Sommeil des poissons, en 2000. Six romans plus tard, Véronique Ovaldé est devenue un écrivain à succès. Sa dernière publication, Ce que je sais de Vera Candida, vient de recevoir le prix Renaudot des lycéens et le prix du roman France Télévision.

La romancière vit aujourd’hui dans le 18e, quartier de la mairie, avec ses deux enfants, de 8 et 11 ans. Ce qu’elle aime par dessus, c’est le côté « auberge espagnole » qu’offre l’arrondissement. « Cela me rappelle ma banlieue. Là-bas, je connaissais tous les gens dans l’immeuble. Cela m’a manqué quand je suis arrivée à Paris, mais je retrouve cette ambiance de quartier ici, surtout grâce à mes enfants. » Elle y a maintenant ses repères, ses amis, ses habitudes.

Votre pause café ?
A la Timbale, rue Versigny, et à La Piscine, rue du Poteau. Il faut que ce soit à moins de 100 m de chez moi ! Et puis Le Reinitas, bien sûr, pour la terrasse.

Vos courses ?
J’aime le marché de la rue Ordener. J’y ai mes habitudes, notamment chez la fromagère, Nelly. Le marché du boulevard Ornano est très bien aussi. Les produits sont excellents, et ce n’est vraiment pas cher.

Vos restaurants ?
J’aime bien Chez Paula (26 rue Letort) et L’Assiette (78 rue Labat). Ils sont très sympas, et ils font un hachis parmentier de la mort ! Mes enfants aiment aussi le restaurant indien Le Safari (36 rue du Ruisseau).

Vos librairies ?
L’humeur Vagabonde (44 rue du Poteau) et l’Attrape-Cœur (4 place Constantin Pecqueur). Et que je monte me balader sur la Butte, je m’arrête toujours jeter un œil aux bandes dessinées chez BD Spirit, (10 rue Ramey).

Bibliographie
* 2000 - Le Sommeil des poissons, (Éditions du Seuil),
* 2002 - Toutes choses scintillant, (Éditions de L’Ampoule),
* 2003 - Les hommes en général me plaisent beaucoup, (Éditions Actes Sud),
* 2005 - Déloger l’animal, (Éditions Actes Sud),
* 2006 - La très petite Zébuline, avec Joëlle Jolivet, (Éditions Actes Sud Junior),
* 2007 - Et mon cœur Transparent, (Éditions L’Olivier)
* 2009 - Ce que je sais de Vera Candida, (Editions L’Olivier)

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes