jeudi 14 décembre 2017| 29 riverains
 

Damien croque les touristes à Montmartre

Caricaturistes et touristes font plutôt bon ménage sur la Butte Montmartre. Discret sur son passé, son travail et ses revenus, Damien a néanmoins accepté de livrer ses anecdotes montmartroises, en dessinant le portrait du journaliste de Dixhuitinfo. Impressions.

La dernière fois, Montmartre était sous la pluie. Aujourd’hui, le soleil est de la partie. Les alentours du Sacré-Coeur ont des allures de fourmilières. L’effervescence touristique, en ce milieu d’été, permet d’observer les vendeurs à la sauvette, les statues vivantes ou autres musiciens ambulants. Aujourd’hui, nous partons à la rencontre d’un portraitiste, un de ceux qui croque avec plus ou moins de talent les touristes de passage.

Après de nombreux refus, c’est finalement Damien qui accepte de se faire tirer un portrait… écrit. Tout en me dessinant, il livre une petite partie de son parcours. Il dessine des caricatures sur la butte depuis 25 ans. Mais il est devenu un riverain de Montmartre depuis 6 ans seulement. « Avant j’habitais dans le 4e arrondissement de Paris, dans le Marais, il y avait un esprit proche de celui qu’on retrouve ici. » La vie du quartier et de la place du Tertre lui plait : « J’aime cet endroit tel qu’il est. »

JPEG - 46.3 ko
Le journaliste Florent Ducoux croqué par Damien, place du Tertre.

Au loin, une certaine agitation interrompt notre conversation. Dispersées autour de la place du Tertre, des femmes haranguent les passants et tentent de leur faire signer une pétition factice pour une association de sourds et muets. La méfiance est de mise car, selon une collègue de Damien, « Elle parlent comme vous et moi, ce sont des pickpockets ! Ils faut que vous ecriviez là dessus ! »

Rassemblées à deux pas du musée de Montmartre, il semble que le don de la parole leur soit effectivement revenue. À ce moment, une altercation éclate avec une riveraine, excédée par leur présence : « Cassez vous, je vais appeler les flics ! Même si c’est pour une heure au poste, ce sera toujours ça de gagné ! »

Quartier solidaire

Les insultes fusent à tout va, sous le regard à la fois intrigué et inquiet des touristes. Scène de vie qui connaitra son épilogue une demi-heure plus tard, deux d’entres elles se faisant embarquer par la police dans un nouveau moment d’attraction pour les touristes.

Damien, lui, poursuit l’élaboration de son portrait. Et ne souhaite pas entrer dans les polémiques concernant la légitimité de certains dessinateurs mobiles, soumis à des horaires strictes s’ils ne payent pas la redevance attribuant chaque année 149 emplacements aux artistes placiers. « Certains exercent depuis 30 ans à Montmartre, personne ne peut leur dire de ne pas venir. »

Le dessinateur préfère retenir ce qui fait l’identité du quartier : l’aspect village, l’esprit de solidarité et la volonté de le sauvegarder. Il évoque d’ailleurs avec plaisir la manifestation de 1984. Elle avait fait suite à des rumeurs quant à l’installation d’une grande enseigne de fast-food à la place du dernier cabaret présent à l’époque sur la place du Tertre. De l’eau a coulé sous les ponts depuis, et c’est sans doute grace à cet esprit de solidarité que de large dérives n’ont pu avoir lieu, même si de nombreuses problématique existent.

« Il faut parler du positif, affirme Damien. Chacun a un jugement sur l’autre, tout le monde donne sa vérité. On se fait du mal à nous même avec ça. » On se forge donc des préférences. Pour notre caricaturiste, c’est le Montmartre hors-saison. « Ils enlèvent les terrasses de la place du Tertre, ce qui laisse beaucoup plus d’espace. »

La masse de touristes affluant autour des artistes illustre effectivement le manque de place dans la configuration actuelle des choses. Un riverain ne manque d’ailleurs pas de le relever, non sans humour : « Pour bien faire, il faudrait que la place du Tertre fasse la taille du Champ de Mars ! » Dix minutes après l’avoir commencée, Damien a terminé ma caricature (elle ressemble plus à Nicolas Hulot). Son coût : 20 euros. Dans quelques instants, un touriste prendra ma place.

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:

6 commentaires
  • Damien croque les touristes à Montmartre 12 août 2011 10:14, par Jean

    L’idée de votre article est bonne mais personnellement je n’aime pas quand les journalistes se mettent en scène. On a envie d’en savoir plus sur ce Damien - dont on ne sait pas grand chose finalement - mais sans pour autant sentir la présence d’un journaliste.
    De quoi parle-t-on finalement ? Damien ? Montmartre ? Les touristes ? Comment Damien fait-il ses caricatures ? Quelles sont ses techniques ? Quel matériel utilise-t-il ? Combien sont-ils à Montmartre ?
    C’est un peu dommage, je reste un peu sur ma fin...

    Répondre

  • Damien croque les touristes à Montmartre 16 août 2011 11:11, par Jean

    Bonjour,

    Je m’étonne de voir que mon commentaire sur Damien, le portraitiste de Montmartre, n’ait pas été publié.
    Dixhuitinfo pratique-t-il la censure sur les commentaires qui ne vont pas tout à fait dans le sens du journaliste ?
    Moi qui pensais que la critique était constructive, me voilà bien déçu.

    A vous,

    Jean

    Répondre

  • Merci de l’intérêt que vous portez à dixhuitinfo.com ;

    L’idée de base de cet article était donc de rédiger le portrait d’un portraitiste de la place du Tertre. Or, la tâche s’est révélée plus complexe que prévu, car mon interlocuteur n’a pas souhaité révéler des informations concernant sa vie personnelle, professionnelle et ses techniques de travail. L’article a donc glissé vers quelque chose d’hybride, entre le portrait et le papier d’ambiance. Il nous a toutefois semblé intéressant de le publier.

    Concernant ma propre mise en scène, il s’agit d’un choix rédactionnel ponctuel.

    En espérant avoir répondu à vos interrogations,

    Cordialement,

    Florent Ducoux

    Répondre

  • @ Jean

    Nous sommes une petite équipe et nous n’avons pas toujours le temps de répondre immédiatement aux commentaires des lecteurs.

    Florent Ducoux, l’auteur de cet article, a donc bien voulu vous expliquer son travail.

    Nous ne mettons jamais en scène les journalistes. Sauf cette fois, où il s’agissait d’un choix éditorial, afin de donner une couleur magazine au sujet (d’autant que Florent Ducoux avait décidé de se faire tirer le portrait par son sujet).

    Dixhuitinfo ne pratique aucune censure, mais ne publie pas les commentaires aux contenus illicites. Nous recevons également de nombreux commentaires très critiques sur des articles qui soulèvent des questions particulières. Ces commentaires contiennent des informations que nous ne pouvons publier car invérifiables : en effet, leurs auteurs omettent systématiquement de nous laisser une adresse mail valide...

    L’occasion de rappeler que si un mail n’est pas obligatoire quand les internautes commentent les articles de dixhuitinfo, il est indispensable quand ce commentaire soulève une polémique.

    Philippe Bordier
    dixhuitinfo.com

    Répondre

  • Damien croque les touristes à Montmartre 22 août 2011 15:56, par Jessica

    Je suis assez d’accord avec Jean. Je suis une lectrice fidèle de votre site et j’y ai rarement lu un article aussi creux.
    Quant à la mise en scène du journaliste, oui s’il est sur une scène de guerre ou au coeur d’un évènement majeur, non si c’est pour combler un manque d’informations ou donner de la couleur à un article vide.

    Et puis laisser son adresse mail, on a tendance à y réfléchir à deux fois aujourd’hui. Trop de spams, trop de newsletters. L’avantage du commentaire, c’est justement qu’on peut nous répondre sans avoir à laisser aucune coordonnée...

    C’est vraiment dommage, j’aurais voulu en savoir plus sur l’art de portraitiser les touristes à Montmartre, et je ne vois pas ce que les pétitions des fausses sourdes et muettes viennent faire là dedans... Heureusement, vos articles sont de qualité le reste du temps !

    Cdt,

    Jessica

    Répondre

  • Damien croque les touristes à Montmartre 18 juillet 2014 06:28, par Kami Xénie

    Autre point de vue : j’ai pris plaisir à lire cet article qui retranscrit bien l’ambiance et la vie de cette place aux portraitistes ; c’est exactement ça. Bien sûr, entre deux visites, pour peu que quelques mois aient passé, les anecdotes varieront un peu sur la forme, mais pas dans le fond. Je ne comprends pas très bien comment on peut affirmer que l’article est creux si on a jamais mis les pieds à Montmartre. Quand à rentrer dans les détails de savoir comment ça se passe pour un peintre, il y a deux petits problèmes : ils ne parleront pas et chacun a son vécu dans le lieu ; c’est donc trente peintres qu’il faudrait interroger. Le plus simple est donc d’aller à Montmartre et de voir si on parvient à faire mieux que cet article, ou à causer avec un peintre. Quand à la technique, il y a une astuce : il suffit de regarder la photo qui présente le dessin. Le support est du papier et l’outil, de la "mine de plomb" en bâtonnet, ce qui permet des tracés plus ou moins fins sur la pointe et des "aplats" sur la tranche. Les variations de gris s’obtiennent en appuyant plus ou moins fortement la mine de plomb sur le papier. Parfois, on peux "ouvrir" des lumières avec une gomme, mais il semble que cette technique n’a pas été utilisée dans ce dessin. On peut aussi adoucir des zones en frottant les traits ou aplats à l’aide des doigts ou d’un bâtonnet de papier enroulé. La caricature se réalise en choisissant d’accentuer les formes générales et, ou, un ou plusieurs éléments physiques de la personne, tout en veillant à composer un ensemble cohérent. Si le dessinateur fait partie du groupe des "officiels", il sera debout ou assis, mais proposera un siège au modèle. Sinon, ce sera au cas par cas. Comme la feuille de papier est souple, l’artiste utilise un support rigide sous la feuille qu’il tient d’une main, sauf si il dispose d’un chevalet. La distance entre le peintre et le modèle varie selon les peintres. La vitesse du dessin est aussi relative à la rapidité du dessinateur ou aux techniques qu’il emploie (mine de plomb, ou trois couleurs sur fond teinté, gouache, encres, huile...) ; chaque dessinateur ou peintre peut proposer sa propre technique, même si celles-ci se répartissent facilement en groupes. On remarquera donc que tout ce que je vient d’écrire n’apporte rien de plus que tout ce qui peut être regardé dans le dessin ci-dessus ou toutes les photos du web sur les peintres et portraitistes de La Butte.
    J’ai vraiment pris du plaisir à lire cette promenade respectueuse qui montre aussi bien qu’un croquis, mais avec des mots, la vie de la Butte qui n’a guère changée ces 25 dernières années.

    Répondre


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes