mercredi 20 septembre 2017| 823 riverains
 

Les Verts en campagne à Château Rouge

Les militants EELV, au métro Château Rouge, jeudi 19 avril 2012.

Afin de soutenir leur candidate Eva Joly au premier tour de l’élection présidentielle, les écologistes du 18e arrondissement de Paris étaient en campagne, jeudi 19 avril 2012, du côté de la station de métro Château Rouge. Reportage.

Les militants EELV (Europe Écologie Les Verts) battent le pavé à la sortie de la station Château Rouge, dans le 18e arrondissement de Paris. Dès huit heures et demi, les cinq écologistes tractent. Sous un soleil étrangement froid pour un jeudi 19 avril 2012, ils tendent leurs documents aux passants pressés de s’engouffrer dans la bouche de métro.

« Il y a une sympathie autour d’Eva Joly, explique Galla Bridier, 31 ans, suppléante de Bastien François, candidat aux législatives dans la 18e circonscription. C’est une personnalité singulière, dont le passé de magistrate reste ancré dans l’esprit des électeurs. »

Regonflés par le dernier meeting parisien de la candidate écologiste au Cirque d’hiver, mercredi 18 avril 2012, ces militants balaient du revers de la main les prédictions catastrophiques des instituts de sondage. « Lors des primaires écologistes, Nicolas Hulot était donné largement vainqueur, lance Rémi, 23 ans, chargé de communication et militant EELV depuis cinq ans. Mais c’est Eva Joly qui l’a emporté ! »

JPEG - 39.6 ko
Les militants EELV ne lâchent rien et font tout pour que leur candidate obtienne 5 % des voix au premier tour de la présidentielle.

Clichés bobo-écolos

« On espère qu’elle fera au moins 5 % », poursuit Alice, 36 ans. Un résultat qui permettrait au parti de peser dans les débats avant le second tour, et aux législatives. Sans oublier le remboursement des frais de campagne. Pour cela, ils occupent le terrain.« On a tracté dans tout l’arrondissement, lance Galla Bridier. Mais, j’ai remarqué que les habitants du quartier de Château Rouge étaient plus réceptifs à la personnalité d’Eva Joly qu’aux Abbesses. »

À l’entrée du métro, les badauds prennent les tracts tendus par les militants, parfois avec le sourire. Certains s’arrêtent pour discuter avec les écologistes. « Au début, les gens se moquent de nous en usant des clichés bobo-écolos, explique Galla Bridier. Mais, quand on leur parle de l’augmentation des maladies liées à la pollution, comme l’asthme, ils sont plus à l’écoute. Dans ce quartier, les habitants sont également sensibles à des thèmes comme le logement, l’accès au soin ou l’alimentation. »

« La crise écologique est la prochaine », interrompt Gaëtan, 28 ans. Il allait prendre le métro quand il a entendu la conversation. « J’ai longtemps hésité entre Eva Joly et Jean-Luc Mélenchon. Mais, il est pour le nucléaire alors qu’il y a eu la catastrophe de Fukushima. Même si la candidate écolo n’a pas de charisme, elle a un discours de responsabilité écologique qui me plaît. »

JPEG - 40.9 ko
« Il y a une sympathie autour d’Eva Joly, explique Galla Bridier. C’est une personnalité singulière, dont le passé de magistrate reste ancré dans l’esprit des électeurs. »

Bonne humeur

À neuf heures, quatre militants décident d’arrêter. « Il faut qu’on aille travailler », confesse Galla Bridier. Bérénice, 32 ans, ancienne graphiste qui prend des cours pour devenir comédienne, reste seule à tracter à l’entrée du métro. Le vent frais et humide lui pique les doigts et colle ses feuilles les unes aux autres. La distribution se fait plus en plus difficile. Malgré tout, elle continue en répétant toutes les cinq minutes : « Je crois que je vais y aller, il fait trop froid. »

Militante depuis deux semaines, elle communique sa bonne humeur aux passants. « Je me suis engagée dans la campagne, il y a peu de temps, explique-t-elle. J’ai la pêche, par rapport aux autres qui sont sur le terrain depuis décembre 2011. » Elle justifie son engagement par un « culte de la personnalité à Eva Joly » mais surtout par sa sensibilité anticapitaliste. « L’écologie est une pensée globale qui lutte contre la mainmise des multinationales sur le monde », confie-t-elle.

Chaussettes rouges

Les tracts sur le logement partent comme des petits pains. Bérénice n’hésite pas à s’adresser aux passants avec malice. « J’essaie de rendre l’exercice marrant », commente-t-elle. Puis, elle tend un document à une vieille dame portant un pull rose qui décline gentiment le papier. « Vous n’allez pas voter pour Eva Joly ? », demande la militante.

JPEG - 41.8 ko
« Quand on leur parle de l’augmentation des maladies liées à la pollution, comme l’asthme, les électeurs sont à l’écoute. »

« Non ma belle, je voterai pour Jean-Luc Mélenchon, répond en souriant Danièle, 77 ans. Je suis communiste jusqu’aux chaussettes, dit-elle en montrant fièrement la paire rouge qu’elle porte aux pieds. Mais j’aime beaucoup la personnalité d’Eva Joly. J’ai vraiment apprécié son Sarkotour, hier à la télévision. » Mercredi 18 avril 2012, la candidate Europe Écologie avait invité des journalistes pour un circuit touristique symbolique allant de la demeure de Liliane Bettencourt au Fouquet’s.

Le décalage est une marque de fabrique des écologistes. « Il y a quelques jours, on a lavé les vitres d’une agence bancaire pour protester contre les paradis fiscaux », poursuit Bérénice. Les caméras de M6 et de BFMTV étaient présentes. Et, rançon de la gloire pour les écologistes du 18e arrondissement, certains sont passés au Zapping de Canal+.

Il est dix heures moins le quart, le soleil d’avril n’a pas encore réchauffé la place de Château Rouge. Le flux d’usagers descendant les marches du métro se ralentit. C’est à ce moment que Bérénice décide de partir. Elle range ses tracts dans son cabas à roulette. « Je vais continuer de tracter à la porte de la Chapelle, lance-t-elle. L’écologie est un combat qui ne s’arrêtera jamais ! »

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes