jeudi 17 août 2017| 579 riverains
 

Le PS boucle sa campagne électorale de porte-à-porte

Des membres du parti socialiste du 18e arrondissement, accompagnés du député Christophe Caresche, lors d’une campagne de porte-à-porte.

Les militants PS du 18e arrondissement de Paris ont mené une campagne électorale de premier tour basée sur la proximité, en particulier par l’intermédiaire du porte-à-porte. Manière pour eux d’inciter abstentionnistes et indécis à voter pour leur candidat, François Hollande. Reportage dans le quartier Amiraux-Simplon.

Huit militants socialistes mettent le cap sur le quartier Amiraux-Simplon, dans le 18e arrondissement de Paris. Aujourd’hui, un samedi ensoleillé de campagne ordinaire, c’est porte-à-porte. Un seul objectif : convaincre les abstentionnistes d’aller voter, dimanche 22 avril, au premier tour de l’élection présidentielle. « Quand ils se décident, très souvent, ils votent pour nous, dit Jean-Philippe Daviaud, secrétaire de la section PS Jean-Baptiste Clément, à deux pas de la mairie du 18e, et responsable de l’opération porte-à-porte à Paris. Dans ce cadre, les statistiques montrent que nous récupérons un vote sur 14 personnes touchées. Pour obtenir le même résultat en tractant sur un marché, nous devons toucher 100 000 électeurs potentiels. »

Christophe Caresche, député de la 18e circonscription, accompagne les militants. « Nous menons campagne pour François Hollande, mais aussi un peu pour moi », admet celui qui briguera un quatrième mandat aux élections législatives de juin prochain. La rue de Clignancourt n’est donc pas tout à fait choisie au hasard. Mais l’affaire s’engage mal. L’entrée de la barre d’immeubles située au 135 est surveillée par un gardien qui ne s’en laisse pas compter. Pas aimable le bougre : « Non, vous n’entrerez pas distribuer vos tracts, partez ! » Rien à faire : l’intervention du député local n’y change rien.

JPEG - 24.5 ko
Quand les portes restent closent, les militants PS suspendent un tract aux poignées.

« Je ne suis pas intéressée ! »

Qu’importe, on file en face, au 130 rue de Clignancourt. Un autre immeuble d’habitation du secteur privé. Huit étages. Aucun charme. Personne ne possède les codes d’entrée. Il faut attendre qu’un résident sorte pour se glisser dans le hall avant la fermeture de la porte. Premier étage. Cinq portes dans le couloir. Aucune ne s’ouvre. Deuxième étage, pas mieux. « Il doit y avoir beaucoup de logements vides », tente Christophe Caresche. Au troisième, une vieille dame ouvre enfin. À peine le temps de lui expliquer la démarche qu’elle tourne les talons : « Ne venez pas me déranger pour ça, je ne suis pas intéressée. » Au quatrième, un militant dépose des tracts en faveur de François Hollande sur les paillassons.

Pas découragés, les huit militants de la section Jean-Baptiste Clément s’attaquent à la rue des Amiraux, toute proche. Au 23, l’accueil est bon. Les portes s’ouvrent, les langues se délient. Le dialogue s’engage. Même avec ce monsieur, qui explique, avec un grand sourire, qu’il vote à droite. Mais au moins, il vote. Ce n’est pas toujours le cas. « Ces quartiers se sentent déconnectés du débat politique, l’abstention y est plus forte qu’ailleurs dans le 18e, explique Caroline. Il nous faut prendre des voix dans le coin. »

2 322 portes ouvertes

La moisson du jour n’est pas terrible. Mais les militants s’en moquent un peu. Au cours de la formation qu’ils suivent avant d’assurer cette mission, on leur apprend qu’il vaut mieux trouver porte close que perdre une heure en discussions inutiles. Et ils ont d’autres satisfactions : « Parfois, les habitants sont touchés que l’on vienne les voir chez eux, que l’on s’intéresse à leur vie, raconte Jef. Ils sont soudain reconnus en tant qu’électeurs, c’est important. »

Jean-Philippe Daviaud se félicite de la « forte mobilisation des militants PS. » « L’organisation est impeccable, poursuit le conseiller régional d’Ile-de-France. Nous disposons de tout le matériel dont nous avons besoin pour une campagne électorale axée sur la proximité. Les réunions dans les cafés avec la population, les tracts distribués aux sorties de métro et sur les marchés, permettent d’affirmer notre présence sur le terrain. Nous attendons la traduction de ce travail dans les urnes. » Au 19 avril 2012, les militants PS du 18e arrondissement ont toqué à 5 494 portes. 2 322 d’entre elles se sont ouvertes.

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:

1 commentaire
  • Le PS boucle sa campagne électorale de porte-à-porte 23 avril 2012 16:09, par samuel D.

    La gauche va remporter le 2 eme tour confortablement ? faute à la droite ne n’avoir pas compris le mécontentement populaire grandissement, L’UMP risque d’éclater en mille morceaux avec les appétits de FILLON , COPE, DATI.. Après tout une remise du systeme à droite sera salutaire, les ambitions de COPE mis à mal et son rêve de président pour 2017 jeter aux oubliettes des illusions perdues, dommage pour le bon candidat BOURNAZEL ,il devra inventer un nouveau parti à droite avec des élus plus jeunes.

    Répondre


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes