jeudi 27 avril 2017| 18 riverains
 

Les principaux enjeux des élections régionales dans le 18e

Plusieurs têtes d’affiche vont s’affronter aux élections régionales en Ile-de-France. La présidence de la région devrait se disputer entre Claude Bartolone (PS) et Valérie Pécresse (LR).

Les élections régionales se dérouleront les 6 et 13 décembre 2015. Trois élus du 18e arrondissement de Paris, candidats au scrutin, Pierre-Yves Bournazel, Les Républicains, Ian Brossat, Front de gauche - PC, Jean-Philippe Daviaud, Parti socialiste, expliquent les principaux enjeux de cette élection.

Le premier tour des élections régionales aura lieu dimanche 6 décembre 2015. Dans le 18e arrondissement de Paris comme dans toute la France, les citoyens inscrits sur les listes électorales sont invités à se rendre aux urnes pour élire leurs conseillers régionaux en Ile-de-France (IDF). Comment ? En votant pour une liste de candidats, chacune rattachée à une formation politique, conduite par un chef de file. La région IDF compte treize listes, divisées en sections (Paris, Essonne, Hauts-de-Seine, Seine-et-Marne, Seine-Saint-Denis, Val de Marne, Val-d’Oise, Yvelines).

Trois élus du 18e sont candidats à ces élections. Pierre-Yves Bournazel, conseiller de Paris et conseiller régional sortant, est tête de liste Les Républicains (LR) dans la capitale, en soutien à Valérie Pécresse. Ian Brossat, maire adjoint au logement à la mairie de Paris (parti communiste français PCF) est en 39e position sur la liste Front de Gauche menée par Pierre Laurent. Jean-Philippe Daviaud, conseiller régional sortant et maire adjoint à la vie associative du 18e, occupe la 10e position de la liste en soutien à Claude Bartolone (PS).

Le résultat des élections régionales 2010 en Ile-de-France

Engagé « en première ligne dans la candidature aux élections régionales », Pierre-Yves Bournazel a mené « une campagne de terrain, en phase avec les idées de Valérie Pécresse ». Il la soutient pour « sa sincérité et son authenticité ». « Elle veut être conseillère régionale à temps plein, et pour moi c’est essentiel », explique l’élu de droite. Lequel partage avec la candidate une « vision moderne de la région, une vision d’entrepreneur, où ceux qui connaissent le terrain sont les partenaires privilégiés ».

La position de Ian Brossat sur la liste Front de Gauche ne lui permettra pas de prétendre à un poste si sa liste l’emportait. « Ma candidature est une candidature de soutien », dit-il. Pour lui, les élections régionales présentent deux enjeux majeurs. Le premier est directement lié aux compétences de la région : « Elle s’occupe de domaines importants tels que le logement, l’aménagement du territoire, l’apprentissage. » Le second se place à l’échelle nationale : « Ce sont les dernières élections avant le scrutin présidentiel de 2017. C’est une occasion pour les forces politiques d’affirmer leurs messages. Pour le Front de fauche, c’est la lutte contre l’austérité. »

Accès aux subventions pour les associations

Côté PS, Jean-Philippe Daviaud, conseiller régional en charge des commissions jeunesse et citoyenneté/vie associative, devrait retrouver son poste au conseil régional d’IDF si la liste de Claude Bartolone l’emporte. Élu en 2010, sous Jean-Paul Huchon, l’élu socialiste du 18e connaît les rouages de la région et souhaite poursuivre le travail engagé. Exemple, dans le domaine de la vie associative, un de ses principaux dossiers, Jean-Philippe Daviaud aimerait mettre en place une « simplification de l’accès aux subventions pour les associations ».

Pour Pierre-Yves Bournazel, il faut mettre l’accent sur « l’amélioration de la sécurité, les filières d’apprentissage et les transports ». Sur ce thème, la tête de liste LR avance plusieurs propositions : « Une meilleure accessibilité aux transports en commun pour les personnes à mobilité réduite, une augmentation de la sécurité dans les gares, le long des quais, dans les métros, l’automatisation des lignes 4, 11, 12, 13 pour améliorer le confort des usagers et la rapidité de leurs trajets, et la circulation en continu des lignes 1, 11, 13 et 14 le vendredi et le samedi. »

« Mérite et ascenseur social au centre des décisions »

« Nous voulons remettre le mérite et l’ascenseur social au centre des décisions, poursuit Pierre-Yves Bournazel. La région a les moyens de le faire. » Avec Valérie Pécresse, ils souhaitent mettre à disposition « davantage de logements intermédiaires pour les classes moyennes, les étudiants, et ceux qui démarrent dans la vie active. » Autre préoccupation : « L’accession à la propriété des locataires de logements sociaux méritants (sans dette de loyers par exemple), dans le but de transmettre un bien immobilier à leurs enfants. »

L’impact de la région sur le 18e arrondissement est notable. Les élus PCF et PS notent l’effort consenti à ce niveau en matière de logement, décidément l’un des enjeux majeurs de cette élection régionale. Ian Brossat, se pose en expert : « Bon nombre de logements sociaux sont réalisés grâce à l’aide du conseil régional. Dans le 18e, des logements étudiants sont prévus sur d’anciens terrains de la SNCF. Sans les crédits du conseil régional, il sera très compliqué de réaliser ces projets. »

Le résultats des élections régionales 2010 dans le 18e arrondissement

« Depuis 2010, la région a investi 20 millions d’euros dans le 18e arrondissement, essentiellement dans le domaine associatif, subventions, emplois tremplins..., précise Jean-Philippe Daviaud. En outre, les financements régionaux ont permis de cofinancer 9 logements sociaux sur 10 dans notre arrondissement et cela en dehors de ses compétences obligatoires (rénovation des lycées, des centres de formations d’apprentis...) »

Pour Pierre-Yves Bournazel, la région IDF doit permettre de « booster et stimuler Paris et ses quartiers populaires ». De quoi financer la Cité de l’innovation qu’il appelle de ses vœux porte de la Chapelle et la Cité des métiers d’art porte de Clignancourt. Deux dossiers dans le 18e qui doivent agir « comme tremplins locaux en faveur de l’emploi et de la technologie ». Il faut tirer ces quartiers « vers le haut et les redynamiser », insiste-t-il.

Les électeurs vont-ils se mobiliser ?

Au-delà des programmes, les électeurs partagent-t-ils les convictions des candidats aux élections régionales ? Vont-ils se mobiliser ? Si Pierre-Yves Bournazel « fait confiance aux citoyens pour se rendre aux urnes et choisir une alternance et un renouvellement des pratiques politiques », Jean Philippe Daviaud est moins optimiste : « Traditionnellement, les élections régionales sont celles qui remportent le moins de succès, avec les européennes. La refonte des régions, qui ne concerne pas l’IDF, peut aussi avoir un effet démobilisateur. Et sur le terrain, on voit bien que les citoyens n’ont pas la tête à l’élection. » Pourtant, il faut voter.

Elections régionales 2015 mode d’emploi

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes