vendredi 1er août 2014| 22 riverains
 

Hommage à Walid Ferdi, mort brûlé dans sa cellule

La famille de Walid Ferdi a porté plainte contre X pour homicide involontaire. Avec les amis du jeune homme, elle veut connaître les raisons de son décès.

Une marche silencieuse a eu lieu, samedi 9 juillet 2011, entre le jardin Binet et la place des Abbesses, en hommage à Walid Ferdi, habitant du 18e arrondissement de Paris, décédé brûlé dans sa cellule de la prison de Fresnes, le jour de son incarcération. Son co-détenu a été grièvement blessé.

Ils se sont dispersés après une minute de silence sur la place des Abbesses. Entre 200 et 300 personnes (entre 150 et 200 selon la police) se sont réunis, samedi 9 juillet 2011, pour une marche silencieuse en l’honneur de Walid Ferdi. Ce jeune riverain (22 ans) du 18e arrondissement est mort brûlé, jeudi 30 juin 2011, dans la cellule du centre pénitentiaire de Fresnes (94), le jour même de son emprisonnement. C’était sa première incarcération.

Pour soutenir la famille et les proches du défunt, mais aussi pour demander des comptes sur cette affaire intrigante, les manifestants ont entamé leur marche à 15h au jardin René Binet jusqu’aux Abbesses en passant par la place Jules Joffrin, le boulevard Barbès et le boulevard de Rochechouart.

Condamné à effectuer des travaux d’intérêts généraux (TIG) suite à un délit mineur (« il a vendu une barrette de shit » confie un proche plus âgé), Walid Ferdi n’a pas rempli ses obligations : il ne s’est pas rendu aux convocations du juge d’application des peines. « Comme beaucoup de jeunes, il ne s’est pas rendu compte de ses responsabilités », explique ce "grand frère" qui ne veut pas être identifié.

JPEG - 46.5 ko
Plus de 200 personnes ont participé à la marche en hommage à Walid Ferdi.

Walid Ferdi doit alors purger une peine de dix mois de prison ferme. Il est appréhendé par la police chez lui, le matin du 30 juin 2011. Il est emmené au centre pénitentiaire de Fresnes, où il est placé dans la cellule des nouveaux arrivants, avec un autre détenu. Dans la soirée, la cellule prend feu. Malgré l’intervention des surveillants, Walid Ferdi ne peut être réanimé et décède sur place. L’autre prisonnier a été brûlé à 80 %. Avant d’être transféré par hélicoptère dans un hôpital de Tours, où il est dans le coma.

Une enquête a été ouverte pour élucider les causes de l’incendie. D’après Anna Vera Ocampo, éducatrice qui a organisé la marche silencieuse et qui connaissait bien Walid Ferdi, puisque celui-ci s’occupait de son fils trisomique de deux ans, « une autopsie a été réalisée par deux docteurs, aucune trace de coups et blessures n’a été relevée ».

Conditions de sécurité des détenus

Un comité de soutien a été créé. Un avocat a déjà été choisi par la famille de la victime pour déposer plainte contre X pour homicide involontaire. « Personne ne sait ce qui s’est passé, mais il paraît clair qu’une remise en cause des conditions de sécurité des détenus dans les prisons est nécessaire », explique Anna Vera Ocampo. « Passées les heures de repas, les surveillants n’ont pas tous les clés des cellules, c’est douteux d’un point de vue sécurité, surtout quand on sait à quel point les incendies en prison sont fréquents. »

« Ça nous touche énormément. Walid, c’est un type qui n’a rien vécu. Il n’est jamais parti en vacances. Nous voulons juste savoir la vérité », explique Mohamed Ben Hamadi, l’un des nombreux amis de Walid Ferdi venus participer à cette marche silencieuse. « Il mesurait 1m60 pour 50 kilos. C’était un enfant », souligne un autre proche.

Walid Ferdi a vécu toute sa vie dans le 18e arrondissement. D’abord à la porte Montmartre, puis aux Abbesses. D’après Anna Vera Ocampo, « Walid se cherchait encore, mais il avait commencé à trouver une certaine stabilité : il avait une petite amie et sa mère venait d’être relogée ». Myriam El Khomri, élue PS du 18 et adjointe au maire de Paris chargée de la prévention et de la sécurité, était aussi présente : « Je suis venue soutenir la famille et les amis du jeune homme. C’est un véritable drame et nous espérons que l’enquête va vite aboutir. »

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:

6 commentaires
  • Hommage à Walid Ferdi, mort brûlé dans sa cellule 21 juillet 2011 19:16, par tunisienne libre

    http://www.dixhuitinfo.com/faits-di...

    Voici Walid Ferdi, le compagnon de cellule de Badie Almassi.

    La famille du jeune homme, au même titre que nous, n’a pas assez d’informations quant à l’origine du déclenchement de l’incendie.

    Dans tous les cas, l’Etat est tenu responsable pour la négligeance manifeste des détenus : le surveillant ayant les clés de la cellule n’était pas présent au moment des faits.

    Mais aussi pour défaut de sécurité : alarme incendie ne fonctionnant pas, ce qui est totalement déplacé dans une maison d’arrêt qui compte plus de 2300 détenus.

    Toutes nos condoléances à la famille de Walid Ferdi, nous partageons leur douleur et leur tristesse. Badie Almassi étant dans un état critique nous sommes nous aussi tristes et profondément choqués par cette affaire.

    Nous nous battrons pour connaître la réalité des faits et pour punir les personnes qui ne sont pas intervenues à temps.

    Nous remettons également en cause tout le système pénitentiaire français qui ne donne pas de valeur à l’humain incarcéré.

    Badie Almassi était certes " sans papier " mais cela ne nous empêchera pas de revendiquer ses droits et d’obtenir justice.

    Répondre

  • Walid Ferdi, mort brûlé dans sa cellule 25 juillet 2011 11:13, par marco

    trafic de stup c est facile, fallait pas commencer il n’aurait pas été condamné, on sait parfaitement que cet argent facile attire pas mal de jeunes la loi c est la loi POUR TOUT LE MONDE

    vendre des stups ce n est pas vendre des pommes sur le marché

    s’’il s’était rendu aux convocations des juges pour effectuer soin TIG, il n’aurait pas été emprisonné.

    on va tout de même pas leur décerner la légion d’honneur non ?????

    et qu’on fait ses parents ????? car c est facile de déposer plainte mais quand il ne s’est pas rendu aux convocations des juges ils n’ont rien dit.......qu’ils assument pleinement

    Répondre

  • Hommage à Walid Ferdi, mort brûlé dans sa cellule 26 juillet 2011 16:23, par Lisou

    Tout mon soutien à Walid Ferdi mais surtout au journaliste qui a eu l’audace de dénoncer les conditions de vie dans nos prisons. Charles Pellegrin, la gauche est derrière toi ! PCF vaincra

    Répondre

  • Hommage à Walid Ferdi, mort brûlé dans sa cellule 1er novembre 2011 14:50, par ce

    dit moi eceque tu le conaissait meme ?

    Répondre

  • Hommage à Walid Ferdi, mort brûlé dans sa cellule 2 novembre 2011 16:08, par momo

    sa me fai beacoup de peine il avait que 22ans

    repose en paix

    Répondre

  • Hommage à Walid Ferdi, mort brûlé dans sa cellule 16 juillet 2012 18:17, par marjolaine

    marco tu le connaissais pas pour le juger ou juger l’éducation de ses parents. Personne ne lui a donné une médaille pour avoir vendu du shit, c’est pas pour autant qu’il méritait cette fin de vie. et t’es qui pour dire "que ses parents assument pleinement !!??" garde tes commentaires pour toi viens pas salir cet article en hommage à sa mémoire

    Répondre


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com