mardi 17 octobre 2017| 11 riverains
 

La rue Championnet, objet d'un bras de fer entre riverains et municipalité

JPEG - 92.8 ko
La rue Championnet, dans le 18e arrondissement, vue depuis la place Albert Kahn.

Le bas de la rue Championnet, dans le 18e arrondissement de Paris, est actuellement le théâtre d’un bras de fer entre un collectif de riverains et la mairie. Nuisances nocturnes et mixité sociale sont au cœur du différend. Pourtant, pas de quoi effrayer l’Alambic Comédie, théâtre voisin qui participe, à sa manière, au développement du quartier.

Le théâtre semblait condamné. À l’heure de la retraite, il fallait vendre la petite salle située rue Neuve de la Chardonnière, dans le 18e arrondissement de Paris, à deux pas de la rue Championnet. Trois candidats étaient sur les rangs : un patron de bar et son projet de boîte de nuit, un architecte qui voulait en faire un loft et un fou de théâtre, Loïs le Du. « Mon offre de rachat était inférieure à celle de mes concurrents, raconte ce dernier. Mais, le propriétaire était ravi de savoir que son théâtre n’était pas mort. L’Alambic Comédie a rouvert en mai 2008. »

JPEG - 107 ko
Loïs le Du a ouvert l’Alambic Comédie en mai 2008, dans un quartier qu’il pense « promis à un bel avenir ».

Acteur à ses heures, Loïs le Du est preneur de son depuis 25 ans. Ce grand gaillard, né dans le 10e arrondissement de Paris voilà 52 ans, vit à Joinville-le-Pont, en banlieue parisienne. Il ne connaissait pas le quartier Amiraux-Simplon. « C’est excentré, souligne-t-il. Le boulevard Ornano marque une sorte de frontière, entre, d’un côté, le 18e un peu cossu, et, de l’autre, le 18e plus pauvre. Qu’importe, j’étais sous le charme du théâtre et je ne le regrette pas. » Ses quatre associés et son épouse non plus. Tous mettent aujourd’hui temps libre et compétences professionnelles au service de la gestion de la petite salle.

JPEG - 106.1 ko
Décrit par ses habitants comme convivial, le quartier est sillonné de ruelles pavées où il fait bon se balader.

Programmation éclectique et à la portée de tous les publics, bouche-à-oreille, accueil aux petits oignons : la fréquentation de l’Alambic Comédie augmente régulièrement depuis son ouverture. Mais, en septembre 2008, Loïs le Du remarque des commentaires peu amènes sur les sites Internet culturels parisiens : la nuit, quand le rideau est tombé, les ruelles autour du théâtre seraient peu sûres. « Certains soirs, c’est le bazar, admet Loïs le Du. Les mecs ivres, ceux qui dealent plus ou moins discrètement, participent au sentiment d’insécurité. Mais, je n’ai jamais vu, ou entendu parler, d’agressions physiques à l’encontre de spectateurs. »

JPEG - 88.4 ko
Cette portion de la rue Championnet souffre aussi d’embouteillages monstres, surtout le samedi après-midi.

En cause, la portion de la rue Championnet, toute proche, comprise entre le boulevard Ornano et la rue des Poissonniers. Une quinzaine de bars se succèdent à cet endroit. Babette Rivers et son époux, Dick, vivent depuis 20 ans rue Championnet. Pour elle, il y a les bons et les mauvais bars. « Ces derniers ouvrent parfois jusqu’à 4h du matin, s’emporte Babette. Toute la soirée, c’est le chaos. Les clients se battent, pissent dans la rue, hurlent au téléphone. Les riverains sont à bout. » Avec une amie, Edith Doucet, elle a monté un collectif, Agir pour le quartier Championnet-Amiraux. Objectifs : alerter les pouvoirs publics sur la « dégradation progressive du quartier », fédérer les habitants et réclamer « une véritable mixité sociale. »

JPEG - 67.1 ko
« Le public nous suit, explique Loïs le Du. La fréquentation de l’Alambic Comédie augmente régulièrement depuis son ouverture. »

Au-delà des nuisances nocturnes, le collectif reproche en effet aux mairies de Paris et du 18e arrondissement « de concentrer la pauvreté dans le bas de la rue Championnet, un périmètre réduit. » Le collectif vise ainsi deux maisons-relais, qui doivent accueillir des personnes sans logement, totalement démunis. « C’est une bonne idée, admet Babette Rivers,mais pas ici ! Comment les intégrer dans ce quartier en proie aux trafics et à proximité de débits de boisson incontrôlables ? Et où seront relogés les habitants du 46 ? Il y a là des retraités, travailleurs immigrés depuis longtemps en France. Pourquoi les expulser et priver le quartier de leur mémoire ? » Sur toutes ces questions, le collectif a lancé deux pétitions et ouvert un site Internet (agir.championnet.free.fr.).

La municipalité ne minimise pas les nuisances, mais reste ferme sur la question des maisons-relais dont elle est à l’initiative. Plusieurs réunions ont été organisées par les acteurs du dossier à la mairie du 18e avec le collectif, afin de le rassurer sur la nature des projets engagés. Lors de son compte-rendu de mandat du 26 novembre 2008 à la mairie du 18e, le maire de Paris, Bertrand Delanoë, a même promis, en s’adressant directement à Babette Rivers (préalablement reçue, avec son mari, à l’Hôtel de ville), qu’il n’était « pas question de chasser les habitants qui vivent au 46 rue Championnet. » Quant au bars incriminés par le collectif, plusieurs d’entre eux ont récemment été frappés de fermetures administratives.

JPEG - 85.3 ko
Les maisons-relais doivent accueillir des personnes sans logement, en grande précarité sociale et financière. Mais, le collectif s’oppose aux expulsions de ceux qui y vivent encore.

Affairé aux commandes de l’Alambic Comédie, Loïs le Du, de son côté, travaille d’arrache pied à l’intégration de son théâtre. Non seulement il n’est pas devenu un bar de nuit supplémentaire, mais il participe, désormais, au développement du quartier : « Quand un passant s’approche de la salle et manifeste de la curiosité, je vais le voir et lui explique notre boulot, notre programmation. Nous envisageons de travailler avec les habitants. » Et cet affable moustachu désigne les ruelles pavées alentours : « Regardez, c’est sympa. Quand chacun fait preuve de civisme, il fait bon vivre et travailler, ici. »

Alambic Comédie, 12 rue neuve de la chardonnière Paris 18e. M° Simplon.
Réservations : 01 42 23 07 66 ou sur le site www.alambic-comedie.fr

Le quartier de la rue Championnet, Paris 18e

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:

4 commentaires
  • Je suis déjà allée à l’Alambic Théâtre voir la pièce "Le musée des gros mots". C’est très sympa.
    Et franchement, les rues alentours n’ont rien de coupe-gorges ! Je connais bien le quartier et je trouve que, même si, évidemment, il y a de sérieux progrès à faire question voirie et propreté, ce n’est tout de même pas le Bronx !

    Répondre

  • Merci à l’Alambic d’exister ! Mais ce n’est pas le seul théâtre du quartier. Rue Championnet même, un peu plus "bas", puisque c’est l’adjectif employé dans l’article pour désigner cette portion de cette rue qui est si longue, se trouve le théâtre Pixel, très dynamique lui aussi, qui participe au moins autant au développement du quartier. Pourquoi l’avoir oublié ? J’espère que ce n’est pas la concurrence qui fait peur ! Dans une main, deux atouts valent mieux qu’un, tous les joueurs de belote vous le diront.
    Régis, 4 rue neuve de la Chardonnière.

    Répondre

    • La rue Championnet, objet d’un bras de fer
      entre riverains et municipalité
      20 décembre 2008 02:40, par Philippe Bordier - dixhuitinfo.com

      Le théâtre Pixel n’a pas été oublié par dixhuitinfo.com : il a fait l’objet d’un article publié sur le site le 11 décembre 2008 (cliquez ici pour le consulter). Simplement, le Pixel existe depuis 2004, alors que l’ouverture de l’Alambic théâtre coïncide, peu ou prou, avec le début de la mobilisation des habitants rue Championnet cette année.

      Merci de nous lire,

      dixhuitinfo.com

      Répondre

  • Bonsoir

    J ai visite un appartement au 5 de la rue
    En journee , ca m’avais lair plutôt calme, j ai donc
    validé et nous signons le bail la semaine prochaine
    Après avoir lu cet article, je me demande finalement
    si cest un bon choix.
    Je vis seule avec ma fille de 6 ans
    est ce que ce n est pas risqué ?
    des avis de familles vivant dans le quartier m aideraient bien
    Si quelqu un m’entend !
    Merci

    Répondre


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes