lundi 21 août 2017| 17 riverains
 

Les Béliers parisiens, un Jugnot peut en cacher un autre

L’espace accueil du Théâtre des Béliers parisiens, salle de spectacle ouverte en 2012.

Le Sudden Théâtre de la rue Sainte-Isaure a laissé la place à l’été 2012, au Théâtre des Béliers Parisiens, dont le fils de Gérard Jugnot, Arthur, est désormais propriétaire avec des associés. La programmation veut faire la part belle aux comédies et aux spectacles pour enfants.

En peu de temps, le Sudden Théâtre de la rue Sainte-Isaure, situé à proximité de la mairie du 18e arrondissement de Paris, aura changé deux fois d’identité. Rebaptisé un temps Comédie Montmartre, le lieu a de nouveau muté à l’été 2012 pour devenir le Théâtre des Béliers Parisiens. Derrière ce nouveau nom s’en cache un autre, très connu en France : Jugnot. Non pas Gérard Jugnot, l’acteur, mais son fils, Arthur, lui aussi comédien, et producteur.

Déjà propriétaire du Théâtre des Béliers à Avignon - ouvert seulement pendant le “off” du festival - Arthur Jugnot et ses associés (David Roussel, Fred Thibault et Florent Bruneau) de la société de production Lard’Enfer & Beeh Productions souhaitaient se poser dans la capitale. « L’équipe était à la recherche d’un théâtre parisien depuis quelques années déjà. Pour eux, c’était une question d’indépendance, de confort, de pouvoir répéter leur spectacles, de programmer ce en quoi ils croient », explique Daisy Montier, en charge de la communication du théâtre. Arthur Jugnot a alors su convaincre Raymond Acquaviva, directeur et propriétaire du Sudden/Comédie depuis 1999, de vendre le théâtre. Le “deal” s’est notamment fait à la condition que l’école de théâtre de l’ancien professeur du cours Florent et du conservatoire supérieur de Paris puisse continuer de répéter dans cette salle de 190 places.

JPEG - 31.6 ko
Le théâtre veut développer des partenariats avec les commerçants du quartier, les associations et les écoles.

Répertoire léger et décalé

Si Arthur Jugnot « s’occupe des relations publiques et a toujours un oeil sur tout, de la technique à la programmation », selon Daisy Montier, le comédien ne place pas les Béliers Parisiens à son service exclusif. S’il y a joué jusqu’en décembre dans l’amusante pièce “Une semaine... Pas plus”, qu’il a mise en scène avec David Roussel, il a depuis laissé la place à d’autres comédiens (parmi lesquels en ce moment, Rachel Arditi, soeur d’un autre comédien très connu). Il n’a pas prévu pour l’instant de revenir jouer sur ses propres planches.

Côté programmation justement, le théâtre des Béliers pioche dans un répertoire contemporain, léger et plutôt décalé. Pas de classique en vue, comme en proposait parfois le Sudden. « On programme beaucoup a l’affect, c’est avant tout une grande famille de copains, affirme Daisy Montier. On aime dire qu’on programme des spectacles intelligents pour les gens qui n’ont trop pas envie de réfléchir : des comédies, des spectacles pour enfants mais pas que cela. Nous programmons également des pièces originales par exemple Roméo & Juliette de Shakespeare revisitée par Alexis Michalik ». Au menu aussi, des one man (et woman) shows, comme celui d’Arnaud Cosson, passé par la case Laurent Ruquier à la télévision.

Des tarifs adaptés

Pour fidéliser les habitants du 18e arrondissement, le théâtre des Béliers Parisiens leur propose des tarifs réduits, variables en fonction des spectacles. Il compte aussi « développer des partenariats avec les commerçants du quartier, les associations et les écoles. On s’entend aussi très bien avec les équipes du Ciné 13 Theatre et du Funambule Montmartre », indique Daisy Montier. La jeune troupe d’une dizaine de personnes se dit « très motivée » pour faire des Béliers un théâtre qui compte dans le 18e. La notoriété du nom Jugnot y aidera peut-être aussi.

www.theatredesbeliersparisiens.com

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes