samedi 25 mars 2017| 26 riverains
 

Etape hors du temps en Roumanie pour le Cinéfitour

Une maison dans le petit village de Gârnic, en Roumanie.

Le cinéfritour explore désormais l’Europe. Après la Grèce, voici nos quatre voyageurs en Roumanie. Ils y ont découvert Gârnic, un village où le temps semble s’être arrêté. Nouvelle étape et nouvelle carte postale inédite.

Cher Dixhuitinfo,

Depuis le mois dernier, le Poulpe a connu quelques dépaysements, ou plutôt comme un retour dans une époque lointaine.

Au sud-ouest de la Roumanie, dans un village nommé Gârnic, vit une communauté tchèque installée ici depuis 1823. Les années ont passé mais les habitants ont résisté au progrès. Ici, on laboure encore les champs à la charrue tirée par des chevaux.

JPEG - 72.1 ko
A Gârnic, on laboure toujours les champs à l’aide d’une charrue tirée par des chevaux.

On fait pousser son blé et son maïs que l’on transforme soi-même en farine dans l’un des nombreux moulins du village, on fabrique ses chaussures, on empêche les chaussettes de glisser le long de ses mollets avec de la ficelle…

JPEG - 83.7 ko
Un des nombreux moulins à farine du village. Il fonctionne encore.

Le Poulpe s’est immiscé au bal du samedi soir du village. Un petit groupe de musiciens, d’une moyenne d’âge de 50 ans, nous fait découvrir le folklore roumain, et ce jusqu’au petit lever du jour ! Tous les jeunes du village sont là : à gauche de la salle, la tablée des garçons, à droite, celle des filles dans leur plus belle tenue attendant qu’on les invite à danser. Au centre alternent au grès de la musique grandes rondes et valses, chaque pas étant posé très sérieusement.

JPEG - 113.8 ko
Un couple d’agriculteurs du village de Gârnic.

Puis vient le dimanche. Tout le monde se retrouve à la messe, le groupe des femmes sort en premier, puis celui des hommes, tous très bien habillés comme on ne le voit plus depuis plus de cent ans en France.

JPEG - 57 ko
Séance cinéma organisée par le Poulpe pour les enfants du village.

Bien que la population décroisse chaque année, il y a toujours une école (dont les cours sont donnés en tchèque pour les premières années, puis en roumain) et quelques enfants au village. L’équipe du Poulpe organise donc une projection qui semble bien appréciée.

Rendez-vous le mois prochain pour la suite des aventures !

L’équipage du Cinéfritour

Les épisodes précédents :
- En Grèce, le Poulpe s’ouvre les portes de l’Europe
- Ultime étape du Cinéfritour en Turquie avant l’Europe
- Le Cinéfritour cède aussi au tourisme en Turquie
- Le Cinéfritour joue les apprentis-fermiers en Turquie
- Le Cinéfritour tombe amoureux des formages turcs
- Après le Géorgie, le Cinéfritour passe en Anatolie
- Le Cinéfritour a trouvé son paradis en Géorgie
- Le Cinéfritour à la pêche dans le détroit de la Volga
- La parenthèse kirghize s’éternise avec bonheur
- Bons baisers de Bishkek !
- Achgabat au Turkménistan, pays du présidictateur
- Une carte postale iranienne du Cinéfritour
- Cinéfritour carbure au foie frit en Turquie
- Cinéfritour a pris le départ de son voyage au long cours
- Cinéfritour, l’huile de friture pour un voyage au long cours

Cinéfritour sur Facebook

Le site Internet de Cinéfritour

Où ça se passe:

Découvrez tous nos articles géolocalisés sur le 18eme arrondissement en un clin d'œil

Partagez cet article:


Un message, un commentaire ?
  • (Pour créer des paragraphes, laissez simplement des lignes vides.)

Les commentaires sont modérés à priori, soit avant publication sur le site. Dixhuitinfo.com ne publiera pas les contenus illicites. N'hésitez pas à déclarer tout contenu que vous jugeriez illicite à l'adresse mail redaction@dixhuitinfo.com
 
Derniers commentaires
Les plus lus
Thèmes